La solitude en temps de pandémie

La solitude en temps de pandémie

Cela fait plus d’un an maintenant que la COVID-19 nous a imposé un changement de rythme quasi radical. La pandémie n’est pas qu’une crise sanitaire. Elle a occasionné une mise au point personnelle en nous forçant à ralentir le tempo et à nous connecter à nous-mêmes. Certains ont accueilli cet exercice imposé avec bonheur, d’autres pas.

Plus de 12 mois plus tard, cette mise sur pause intensifie tout autant la difficulté de ralentir la cadence... surtout lorsqu’on a peur d’être confrontés à soi-même.

Composer avec l’isolement 

Après ces longs mois d’arrêt, où en sommes-nous comme individus? Car une chose est certaine : la pandémie a fait bien des dommages, mais elle nous a aussi fait cadeau du temps. Le temps de se connaître et de se comprendre. Mais aussi, le temps de se sentir seul.

Pour certains, c’est un cadeau empoisonné qui est difficile à gérer. En effet, l’isolement ne résonne pas de la même façon pour chacun d’entre nous. Les heures laissées vides peuvent réveiller des doutes, des craintes, des douleurs que nos horaires chargés dissimulaient tant bien que mal.

Et comment cela affecte-t-il notre quotidien? La solitude provoquée par la pandémie se manifeste de plusieurs façons :

  •  Insomnie
  • Symptômes d’anxiété
  •  Dépression 
  •  Qualité du sommeil qui diminue

    Force est de constater que cette mise en arrêt lève le voile sur nous-mêmes et nos vulnérabilités.

    Tromper le temps, tromper l’ennui

    Nous vivons dans une société où il est si facile de s’étourdir. Entre le travail, la vie sociale, la famille et tout le reste, nous carburons aux contacts humains et en oublions presque le plus important : ne pas s’oublier.

    Or, qu’arrive-t-il lorsque l’on passe, du jour au lendemain, d’un rythme effréné à une mise sur pause complète ou presque? Quand tout est en différé ou par écrans interposés? On se retrouve face à soi-même. Et les problèmes que l’on avait réussi à oublier remontent à une vitesse grand V. C’est alors que la dépression, la dépendance ou un traumatisme peut refaire surface. 

    Pour briser l’isolement, La Maison L’Épervier est là pour vous

    Il est important de ne pas tenter de combler le vide ressenti par cet arrêt soudain dans le monde tel que nous le connaissions avant la pandémie. D’occuper ses journées et ses pensées en retrouvant ses anciennes habitudes malsaines. Comment faire volte-face dans un tel contexte? Maintenir un lien social peut faire toute la différence. N’hésitez pas à faire appel à nous si vous avez besoin d’une oreille attentive.

    Si vous souhaitez en savoir plus sur les services offerts par La Maison L’Épervier, remplissez le formulaire en ligne ou téléphonez au 1 877 883 6964.


    Articles similaires

    Le printemps : renouveau ou repli sur soi?...

    Le printemps peut être synonyme de pression et d’angoisse pour des gens avec des problèmes de dép...

    Conseils d'experts

    3 façons de gérer son stress sans consommer...

    Il existe une foule de façons pour gérer le stress que l’on vit au quotidien sans pour autant consom...

    les dépendances

    La consommation : source de conflit en temps de grand stress...

    En temps de grand stress, l’alcoolisme et la toxicomanie peuvent générer plusieurs conflits avec l’e...

    les dépendances

    Pourquoi la consommation a-t-elle augmenté en 2020 ?...

    2020 a été une année éprouvante pour tous, particulièrement pour ceux souffrant de dépendances. Si c...

    les dépendances

    Covid-19 : l’impact du confinement sur la dépendance...

    La crise de la COVID-19 marque un tournant considérable dans nos sociétés, bouleversant nos rapports...

    les dépendances

    Le fentanyl...

    Le fentanyl est un médicament qui a fait l’objet d’une attention considérable de la part des médias ...

    les dépendances

    La dépendance et l’hérédité...

    Une thématique fait fréquemment surface lorsque vient le temps d’aborder le sujet de la dépendance e...